Un final grandiose pour le Festival Les Nocturnes Sainte Victoire !


Ville de Trets - Un final grandiose pour le Festival Les Nocturnes Sainte Victoire ! - Alexandra LESCURE & Etienne KIPPELEN

.

Samedi 9 juillet, dans la Cour du Château des Remparts, avait lieu la dernière soirée du Festival Les Nocturnes Sainte Victoire.
Ce nouveau rendez-vous, qui proposait quatre soirées de diner-concert entre Trets et Peynier, a été créé par l’association Effervescences Musicales, menée par deux artistes Alexandra LESCURE (pianiste, concertiste, professeur) et Étienne KIPPELEN (compositeur, enseignant) tous deux directeurs artistiques du Festival. Ils ont pris la parole après le cocktail afin de remercier chaleureusement le Maire, Jean-Claude FERAUD, pour son accueil et son soutien, ainsi que le Conseil Départemental, la Ville de Peynier, les nombreux bénévoles qui ont permis l’aboutissement et la réussite de ce projet ambitieux et enfin leurs partenaires.

.

.

.

Ville de Trets - Un final grandiose pour le Festival Les Nocturnes Sainte Victoire ! - Airs et duos d'amour - Marie KALININE - Benjamin MEYENOBE - François HENRYAprès trois spectacles forts réussis à Trets le 2 juillet, et à Peynier les 1er et 5 juillet, le Festival s’est donc achevé ce samedi, avec une soirée placée sous le signe de l’Amour.
Marie KALININE, mezzo-soprano et Benjamin MAYENOBE, baryton, ont offert au public un splendide concert lyrique, accompagné au piano par François HENRY.
Ensemble à la ville, ils n’avaient encore jamais partagé une scène. Une grande première donc pour ce couple qui a non seulement chanté, mais également joué pour le plus grand plaisir du public venu nombreux en cette soirée de clôture. Près d’1H30 de concert, avec une grande complicité sur scène, mêlée de passion, d’humour et d’amour. Marie KALININE et Benjamin MAYENOBE, accompagnés brillamment par François HENRY au piano, ont captivé l’assemblée, mettant à la portée de tous les plus beaux airs du répertoire lyrique sur le thème de l’amour.

.

Une très belle performance pour ces deux chanteurs de grand talent qui, aux vues des applaudissements et de l’ovation que le public leur a fait, devraient partager la scène plus souvent !

.

.

.

Le concert s’est achevé peu avant 23H00, après deux retours sur scène réclamés par un public enthousiaste.
Le bilan de cette première édition est tout à fait positif, avec un premier concert qui a réuni 160 personnes dans la Cour du Château et la soirée de clôture qui a accueilli 210 personnes.

Festival Les Nocturnes Sainte Victoire – samedi 9 juillet 2016 – Cour du Château des Remparts from MAIRIE DE TRETS on Vimeo.


Le programme du récital

Ouverture

Claude DEBUSSY – Prélude à l’après-midi d’un faune

Franz LEHAR – Ouverture, extrait de La Veuve Joyeuse

Francis POULENC – Hôtel (extrait des Banalités)

Francis POULENC – Les Chemins de l’Amour

Gaetano DONIZETTI – Bella siccome un angelo (Don Pasquale)

Jacques OFFENBACH – Que les hommes sont bêtes (La Périchole)

Wolfgang Amadeus MOZART – Deh vieni alla finestra (Don Govanni)

Wolfgang Amadeus MOZART – La ci darem la mano (Don Giovanni)

Reynaldo HAHN – Vous m’avez pincé le derrière (Ô mon bel inconnu)

SURPRISE

Interlude

Franz LEHAR – L’heure Exquise (extrait de La Veuve Joyeuse)

Jules MASSENET – Elle m’aime (Werther)

Franz LISZT – Liebestraum (Rêve d’amour – pour piano solo)

Eric SATIE – Je te veux

Wolfgang Amadeus MOZART – Il core vi dono (Cosi Fan Tutte)

Jacques OFFENBACH – Ah que j’aime les militaires (La Grande Duchesse de Gerolstein)

André MESSAGER – Vrai Dieu mes bons amis (Véronique)

Georges BIZET – Habanera (Carmen)

Franz LEHAR – Heure Exquise (La Veuve Joyeuse)


Reportage photo


On vous en dit un peu plus sur les artistes…

Marie KALININE

.

Née à Paris dans une famille de mélomanes, Marie Kalinine se découvre très tôt une passion pour la musique : elle décide, dès l’âge de dix ans, qu’elle sera chanteuse d’opéra !

.

Après sa sortie de la Maîtrise de Radio-France, la grande soprano française Christiane Eda-Pierre lui enseigne les bases d’une technique vocale solide, puis elle complète sa formation au Conservatoire Supérieur de Paris, aux Jeunes Voix du Rhin et au CNIPAL de Marseille.

.

Très rapidement, elle est remarquée par Eve Ruggieri, qui la choisit pour être Carmen dans ses festivals Musiques au Cœur d’Antibes et de Lacoste, et l’invite à se produire dans son émission sur France 2, en tant que « révélation de l’année ».

Dès lors, Marie Kalinine entame une carrière sous le signe des grands rôles tragiques pour lesquels elle est régulièrement saluée par la presse. On apprécie particulièrement la richesse de son timbre chaud et sombre, servi par une force et une intelligence dramatiques qui font parler d’elle en des termes  flamboyants : «chanteuse incandescente », « volcan scénique », « tempérament qui brûle les planches ».

…et quand elle ne chante pas, elle dessine (cf. son blog BD, « Chanteuse d’Opéra ? C’est un métier, ça ? »).

Source : www.mariekalinine.com

.

Benjamin MAYENOBE

.

Nommé Révélation Artiste Lyrique ADAMI en 2012 et lauréat de nombreuses fondations telles que la Fondation de France, le baryton Benjamin Mayenobe étudie le chant lyrique au conservatoire d’Aix-en-Provence, à la maîtrise de Notre-Dame de Paris, au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et intègre pour deux saisons la Troupe de l’Opéra de Rouen.

.

Le « mordant de son timbre », son « émission percutante », son « sens de la comédie » ainsi que sa diction lui permettent d’aborder des rôles variés tels que Schaunard dans La Bohème, Le Père dans Hänsel und Gretel, Le Héraut du Roi dans Lohengrin de Wagner, Danilo dans La Veuve Joyeuse, l’Horloge comtoise et le Chat dans l’Enfant et les Sortilèges…

.

En concert on l’entend sur de nombreuses scènes internationales (Chorégies d’Orange, Salle Pleyel, Théâtre du Châtelet, Victoria Hall de Genève, Sapporo Concert Hall au Japon, Cathédrale Notre-Dame de Paris,…) dans des œuvres telles que Ein Deutsches Requiem de Brahms, Vespro della Beata Vergine de Monteverdi, Via Cruxis de Liszt, la Cantate « actus tragicus » de Bach, La Messe de Minuit de Charpentier, les Requiem de Fauré et de Duruflé.

Source : www.benjaminmayenobe.com

.

François HENRY

.

Né à Louviers en 1984, François Henry, après avoir obtenu les 1er prix des Conservatoires de Versailles (à l’unanimité avec les félicitations) et de Boulogne-Billancourt, intègre en 2014 le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où il obtient le Diplôme de Formation Supérieure de piano, le Master d’accompagnement au piano et des prix en analyse, harmonie et contrepoint, et y poursuit actuellement sa formation en Master d’accompagnement vocal.

.

Primé de différents concours français, il se prioduit régulièrement en récital en France (Moulin d’Andé, festival de Barbizon, Paris, Province…) ou à l’étranger (Pologne, Italie, Arabie Saoudite), tant comme soliste que comme musicien chambriste. Il collabore régulièrement avec différents chanteurs (Marie Soubestre, Annie Vavrille, Benjamin Woh, L’Oiseleur des Longchamps), le tubiste Barthélémy Jusselme et le violoncelliste Sylvain Rolland. Il s’adonne notamment à la redécouverte de partitions méconnues, et au jeu sur pianoforte. Il est par ailleurs accompagnateur à la Schola Cantorum (classe de direction), au Conservatoire de Chantilly, du Chœur Symphonique d’Ile de France et de différentes Académies Internationales d’été, tout en se consacrant à l’enseignement de son instrument.

Source : www.francoishenry.fr