Fête Nationale – Cérémonie et festivités du 14 juillet

En ce 14 juillet 2017, jour de Fête Nationale en France, Monsieur le Maire et le Conseil Municipal avaient convié les tretsois à participer à une Cérémonie Républicaine sur la Place de l’Hôtel de Ville.
Au cours de cette cérémonie, Monsieur le Maire prendra la parole pour délivrer son discours.
« Je suis très heureux de vous retrouver aujourd’hui, pour célébrer ensemble la Fête Nationale à Trets. Je vous remercie toutes et tous d’avoir répondu à mon invitation.
Car, le 14 juillet, c’est avant tout une fête et c’est une fête nationale qui réunit tous les citoyens de ce pays autour des mêmes valeurs. Fête qui nous permet de rappeler, le sens du drapeau tricolore, le sens de la Liberté, de l’Égalité, de la Fraternité.
Commémorer, 227 ans après, le 14 juillet 1789, c’est affirmer notre attachement à l’histoire, à la République et à ses valeurs. Aujourd’hui, nous fêtons non seulement la Prise de la Bastille, symbole de la liberté et de la fin de l’ordre ancien, mais aussi la Fête de la Fédération, qui s’est déroulée un an plus tard, à Paris où, sur le Champ-de-Mars, les gardes nationaux de toute la France s’étaient rassemblés sous les acclamations des Parisiens.
.
Ce jour est en effet le moment choisi depuis 1880, sous la IIIème République naissante, pour célébrer l’unité nationale autour de nos valeurs communes, de nos institutions et de notre drapeau.
Célébrer le 14 juillet c’est mettre à l’honneur la République, notre République, avec ses valeurs portées par la Révolution française, ensuite devenues celles de notre nation tout entière.
La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la liberté de la presse, la liberté d’association, l’instruction laïque, gratuite et obligatoire, la séparation des Églises et de l’État, la liberté syndicale, le suffrage universel… tous ces principes donnent corps au pacte républicain.
Ce pacte nous est aussi précieux que l’air que nous respirons. Et comme l’air, c’est quand il se raréfie que l’on prend pleinement conscience de son infini valeur.
L’actualité nous le démontre trop fréquemment. Nos valeurs communes, celles qui fondent notre nation, sont attaquées. Et notre volonté de coexister en paix est remise en cause.
Lorsque l’actualité nous montre à travers le monde la souffrance, la violence, la guerre…
Lorsque l’actualité nous montre à l’échelle de nos villes et villages : les malveillances, les querelles, les actes d’incivilité, la méchanceté, la calomnie, notamment sur les réseaux dits sociaux… quel poison certains se réjouissent-ils de diffuser dans la vie publique ?
Et puis et surtout, depuis, le 7 janvier 2015, et les actes de terrorisme successifs perpétrés sur notre sol, nous avons connu l’effroi, la peur, la sidération.
C’est aujourd’hui le triste anniversaire de l’attentat de Nice et nous nous associons à la journée nationale d’hommage en souvenir des 86 victimes de la barbarie, leurs familles endeuillées ainsi que les 400 blessés.
Depuis ce 14 juillet 2016, la France a changé d’âme. Mais à travers l’épreuve, la France s’est révélée à elle-même, pour le meilleur, en montrant la seule réponse digne, responsable. Celle d’un pays qui est resté uni et rassemblé. Un pays qui se bat, qui agit, qui se mobilise.
Nous restons debout et ne cédons rien. C’est aussi le sens de notre présence ici aujourd’hui.
Victor Hugo a écrit : « La patrie se compose des morts qui l’ont fondée aussi bien que des vivants qui la continuent. »   
Ici, au pied du Monument aux morts, l’idéal que nous célébrons aujourd’hui appelle au recueillement, nous invite à la vigilance, et nous rappelle enfin, le chemin long et difficile que nos aînés ont dû parcourir pour nous léguer une société de liberté, d’égalité et de fraternité.
Fêter le 14 juillet, c’est également fêter la nation.
Pour nous, Français de toutes origines, la Nation est indissolublement liée à la République. C’est ce qui nous donne des devoirs particuliers.
C’est ce qui donne aussi à la Nation française une définition particulière : La Nation, notre Nation, un peuple assemblé dans la volonté de vivre ensemble et de se construire ensemble.
La République a su faire cohabiter, et c’est heureux, les différences, les cultures et les identités. Mais elle exige que cette protection des intérêts particuliers ne nous fasse jamais perdre de vue le sens de l’intérêt général.
En ces temps qui résonnent d’intégrisme, d’intolérance, de violences, de perte de valeurs, nous devons veiller à empêcher toute dérive communautaire. La nation ne saurait être un assemblage de communautés ethniques, religieuses ou culturelles. De même que nous devons veiller à refuser toute dérive qui aboutirait à refuser le droit à l’appartenance à la nation, à celles et ceux qui partagent nos valeurs.
Nous avons tous, élus comme citoyens, un devoir de vigilance et de responsabilité pour défendre ce cadre commun, ce pacte républicain, et promouvoir ce qui nous unit plus que ce qui nous divise.
Continuons surtout à espérer en la France, cette vieille nation héritière d’un glorieux passé mais porteuse de tant d’atouts pour son avenir. Car plus que jamais, nous avons besoin de réunir nos forces et nos talents.
Le 14 juillet est enfin l’occasion de faire la fête. Le 14 Juillet, c’est donc la Nation rassemblée dans la République.
C’est pourquoi ce doit être une fête, une fête colorée, une fête conviviale, familiale et populaire. Sans cela la France et les Français ne seraient plus tout à fait ce qu’ils sont. Parce que faire la fête ensemble fait partie des moments d’unité du peuple Français.
Chers Amis, notre « 14 juillet » n’est pas qu’un événement historique, c’est un moment fort, de joie et de plaisir.
Partager de bons moments, plus encore cette année dans notre ville, grâce au label « Trets capitale provençale de la culture », car, loin d’être uniquement une source de loisirs, la Culture est un art de vivre qui se partage sans distinction et sans frontières, qui fait partie intégrante de notre mode de vie.
Que cette fête nationale qui associe solennité et recueillement, convivialité et légèreté, soit le moment privilégié, pour nous tous, de manifester notre appartenance à la même communauté de destin, à la même nation.
Vive la république et Vive la France ».
Après son discours, Jean-Claude FERAUD procèdera à un dépôt de gerbe au Monument aux Morts. Maurice CHAGNY, Président des Anciens Combattants, déposera également une gerbe au nom de la section de Trets.

Puis la Marseillaise sera chantée a capella par Frédérique, la chanteuse du Pianocktail qui animera ensuite le village pour ce début de soirée festive.
Un très beau concert des Shoeshiners prendra ensuite le relai sur la scène dressée sur la Place de l’Hôtel de Ville. Un très beau moment musical animé avec beaucoup de dynamisme par les danseurs du Swingin’Marseille. Un concert de grande qualité qui a enchanté le public et qui ensuite laissé place à une soirée DJ avec Nassim qui a fait danser le public jusqu’à minuit.