Les écoliers tretsois ont fêté la Chandeleur

27745021_2026413927600004_142872178_o27743964_2026413997599997_1756013311_oCe vendredi 2 février 2018, c’était la Chandeleur et la Municipalité n’a pas oublié les enfants.
La cuisine centrale municipale avait préparé des crêpes fourrées au chocolat pour le dessert de la cantine.
Les élèves de maternelle et élémentaire se sont tous régalés !

Pourquoi prépare-t-on des crêpes à la Chandeleur ?
La tradition attribue cette coutume au pape Gélase Ier qui faisait distribuer des crêpes aux pèlerins qui arrivaient à Rome mais on peut voir dans cette cérémonie la coutume des Vestales qui lors des Lupercales faisaient l’offrande de gâteaux préparés avec le blé de l’ancienne récolte pour que la suivante soit bonne. À l’occasion de la Chandeleur, toutes les bougies de la maison devraient être allumées. La tradition demande aussi de ne ranger la crèche de Noël qu’à partir de la Chandeleur, qui constitue la dernière fête du cycle de Noël.
Il existe encore de nos jours toute une symbolique liée à la confection des crêpes. Une tradition qui remonte à la fin du Vème siècle et liée à un rite de fécondité, consiste à faire sauter les crêpes de la main droite en tenant une pièce d’or dans la main gauche, (par exemple un louis d’or) ou à défaut une monnaie, afin de connaître la prospérité pendant toute l’année, il s’agit de faire en sorte que la crêpe atterrisse correctement dans la poêle. On dit aussi que la première crêpe confectionnée doit être gardée dans une armoire et qu’ainsi les prochaines récoltes seront abondantes. Il est parfois précisé qu’il s’agit du sommet d’une armoire et que la crêpe est alors réputée ne pas moisir et éloigner la misère et le dénuement.
On dit aussi que les crêpes, par leur forme ronde et dorée, rappellent le disque solaire, évoquant le retour du printemps après l’hiver sombre et froid.